Panique

Panique

J’ai le vide qui me panique,
J’ai le vide des chansons,
Celui qui me prend et me tire,
Et me tire vers le fond.

J’ai le souvenir qui déraille,
Et la course est incertaine,
J’ai le ventre qui me tiraille,
Le vide du son, de la scène.

Et toujours derrière ce miroir,
Je contemple les minutes qui sèment,
Le doute dans mon espace,
Le doute de ce que j’aime.

J’ai la pression
Qui m’oppresse,
Tourner la page est incertain,
J’ai le ventre qui me tiraille
Et j’ai faim, j’ai faim.

Et si je prenais ma guitare,
Accompagner ma douce folie,
Et toujours derrière ce miroir
Le doute de ce que je suis.

Oh mon amour, ne me lâche pas,
Il est mon ombre, mon ami,
Crois en ce que je ne vois pas,
Comme cette nuit, comme cette nuit.

Je n’oublie pas, je n’oublie rien,
Le temps effacera certains mots qui défaillent,
Dans mon esprit, dans mon esprit.

J’ai le vide qui me panique,
Le vide des chansons,
Au creux de mes mains trouver la faille,
Et terminer cette chanson.

Virginie Scalera