Ode à la vie

Ode à la vie

Ode à la vie,
Ode à l’envie,
Ne plus rêver sa vie
Mais vivre de ses rêves.

Se nourrir de ce que l’on nait,
Faire danser ses pensées
Sur un air tendre et souriant.

La nature à mes pieds
Et tout mon être entend.
Je te retrouve et t’emmène,
Je ne te laisserai plus tomber.

A la brume légère et la douce lumière,
A ce que je deviens, ce que je suis et serai,
Aux empreintes de pas qu’enfant sur le sable j’ai laissées,
A ce chemin que je suis maintenant les yeux fermés.

A mes maladresses, mes doutes je dis adieu,
Envolés dans un éclat de rire,
Je ne suis plus seule.

Aux émotions qui passent et ne me laissent plus chavirer,
Le gouvernail dans les mains, je vole légère et libérée.

Tu m’as manqué inspiration,
Tu étais devenue suffocation.
Te voilà enfin et je t’entends.

Merci à la douceur et la force,
Aux croyances qui ne sont plus,
A chaque instant que je savoure,
Ni hier, ni demain,
A cet instant précis.

A cette place que j’ai retrouvée,
A ce chagrin qui chaque jour se dissipe,
A l’amour que je porte et transporte,
A ce guide que j’ai et que je suis.

Je ne sais où, ni comment,
Je suis ancrée dans le présent.
Mon corps, mon cœur, mon âme,
Mon tout en un instant.

A ma muse, qui s’amuse et rit,
A cet enfant qui sourit.
Aux souvenirs qui me reviennent,
Comprendre ma vie, comprendre ma peine.

A votre cœur, votre patience et votre compréhension,
A l’écoute, à l’amour et au pardon.

Au soleil et la brise qui m’entoure,
Aux étoiles qui brillent dans nos yeux,
A la fraîcheur des matins d’été.

A la source pure et limpide,
A l’eau qui suit son cours et s’enrichit.
Au calme des jours de neige,
A ce que le printemps renouvelle et fait éclore.

Virginie Scalera